Passer au contenu
Bienvenue à la Forge
Bienvenue à la Forge

Langue

Pays

Meet Erika from Mountain Girl Cabs: Product Team

Rencontrez Erika de Mountain Girl Cabs : équipe produit

J'aimerais vous présenter Erika de Mountain Girl Cabs

Erika est l'une des personnes les plus drôles et, comme le reste de l'équipe, des personnes super authentiques, mon genre de personnes. Je vais laisser sa biographie parler de ses expériences et de son art, mais voici ce qu'elle apporte en tant que membre de l'équipe produit. .

En tant que multi-artiste (lapidaire et argenterie), Erika est très motivée et très talentueuse. Je crois que le talent est un sous-produit de la passion. Sa passion saute aux yeux quand on prend le temps de regarder le vernis qu'elle met sur ses cabochons et les détails qui composent ses bijoux.

Le bon cœur d'Erika et ses bobines Instagram humoristiques ne devraient tromper personne lorsqu'il s'agit de sa volonté de se défendre et de défendre ses amis lorsqu'il y a une injustice évidente ou une attaque contre son peuple.

Sa volonté de dire ce qu’elle pense est un attribut que je salue dans l’équipe produit. Je saurai toujours exactement ce que pense Erika et cela se traduit par l'honnêteté et la nature authentique que je m'efforce de développer en tant que membre d'une équipe qui développe des produits pour améliorer notre industrie.

Liens : ICI

À propos de Fille de la montagne

« Vous n'êtes pas une fille des montagnes, vous vivez dans la banlieue de Portland, dans l'Oregon. »…

Ah oui, combien de fois ai-je entendu celui-là ?

Je suis né et j'ai grandi dans le centre de la Sierra Nevada, en Californie. On dit qu’on peut peut-être faire sortir la fille des montagnes, mais on ne peut pas enlever les montagnes à la fille. Mon enfance a été épique, du genre qu’on lit dans les livres. J'ai grandi au bord d'un lac, entouré de pins et de sapins.

Le genre d'endroit où lorsqu'il neigeait 8 pieds en une nuit, l'école était annulée et on pouvait se promener au milieu de la forêt et être assourdi par le silence. C’était le genre d’endroit où lorsque je tombais sur une fleur de neige rouge vif perçant la neige blanche, le monde entier s’arrêtait.

J'ai cherché des pointes de flèches et des perles indiennes, de l'améthyste et des trésors au bord du lac. Quand j'étais assez grand, je travaillais à la station de ski l'hiver et sur les quais du lac l'été. C’était un endroit tellement incroyable pour grandir. Les petites villes peuvent devenir encore plus petites à mesure que vous grandissez, alors immédiatement après avoir obtenu mon diplôme d'études secondaires, je me suis enrôlé dans la Garde côtière américaine. Je savais qu’il y avait un vaste monde en dehors de ma petite ville de montagne et j’avais hâte de l’explorer.

La Garde côtière m'a emmené dans de nombreux endroits et j'ai rencontré beaucoup de gens extraordinaires, dont beaucoup avec qui je suis encore en contact aujourd'hui. Lorsque vous êtes en mer, vos compagnons de bord sont votre bouée de sauvetage. Les amitiés que j'ai nouées à cette époque de ma vie sont de celles avec lesquelles on ne perd pas contact. Et oh mon Dieu, les histoires de mer que j'ai…. peut-être qu'un jour j'écrirai un livre. Être en mer, sans terre en vue depuis le pont volant d'un navire, est la sensation la plus étonnante. Je me sentais si petite, si insignifiante. Une grande partie du développement personnel se produit en mer.

En 1998, j'ai rencontré mon mari. J'ai reçu des ordres pour le garde-côte Mellon depuis Seattle, dans l'État de Washington, où il était déjà stationné, et il suffisait d'un regard l'un pour l'autre alors que je traversais le front de ce navire et nous savions tous les deux que nous étions censés être ensemble. Notre histoire d'amour est complexe et pleine de scandales (comme vous pouvez l'imaginer), et peut-être qu'un jour j'écrirai un autre livre là-dessus ! HA!! Celui-là serait certainement un best-seller ! ;c)

Je me suis mariée en 2000 et j'ai eu Anders en 2001. Il n'a jamais été question que je sois une mère au foyer. À l’époque, financièrement, ce n’était pas facile, mais nous l’avons fait et avons réussi. Eric a poursuivi sa carrière dans la Garde côtière à San Diego, en Californie et peu de temps après la naissance d'Anders, nous avons reçu des ordres à Seattle.

Le 11 septembre s’est produit et tout a changé. Eric décide de quitter le service actif et rejoint la réserve. Nous avons eu de la chance et il a obtenu un poste ici à Portland, dans l'Oregon, en tant qu'agent fédéral et a rapidement dû partir pendant 6 mois pour suivre une formation d'application de la loi, laissant Anders et moi derrière. Voler seul avec un bébé n'est pas facile, mais je repense à ces mois et je me demande si c'est la raison pour laquelle Anders et moi avons créé un lien si étroit. Nous étions juste tous les deux, dans une nouvelle ville, avec de nouvelles personnes.

L'année 2003 est arrivée et nous avons acheté notre toute première maison ici à West Linn, dans l'Oregon. Un an plus tard, Maggie est née. Nous avions la maison, les enfants, le chien, une vue magnifique et j'avais toujours l'impression qu'il manquait quelque chose dans ma vie. Être une mère au foyer est formidable, mais passer du service actif à part entière au mariage avec des enfants presque du jour au lendemain m'a eu des conséquences néfastes mentalement.

J'envisageais une école de massage. J'envisageais d'aller à l'université. J'envisageais de passer l'examen de la fonction publique pour devenir postier. Je savais que j'avais besoin de QUELQUE CHOSE, mais je ne savais tout simplement pas ce que c'était. Je restais éveillé la nuit en pensant à des moyens de gagner de l'argent à la maison, quelque chose pour garder mon esprit stimulé. De toute évidence, travailler à l'extérieur de la maison avec deux jeunes enfants aurait probablement coûté plus cher que ce que cela valait à cause de la garderie et de tout ça. Alors j’ai gardé la tête baissée et j’ai continué à croire que quelque chose finirait par m’arriver.

Puis, en 2006, c’est finalement arrivé. J'ai vu sur une de mes amies un collier sur lequel les prénoms de ses deux enfants étaient gravés à la main sur deux petits disques d'argent et j'en ai immédiatement voulu un. L'argent était tellement serré, mais je ne pouvais pas m'empêcher de penser à ce petit collier. Et ensuite ça m'a frappé…. Je vais juste essayer d'en faire un moi-même. Bien sûr, nous n’avions pas l’argent nécessaire pour commander tout ce dont j’avais besoin pour commencer. Un jour, je parlais avec ma mère et je lui ai fait part de mon idée et, une semaine plus tard, elle m'avait envoyé un chèque de 300 $ pour obtenir des outils et des fournitures de base. À ce jour, j'ai toujours sa note selon laquelle elle m'a écrit : « Salut chérie, bonne chance dans ta nouvelle aventure. Je t'aime maman"

J'ai fait des heures et des heures de recherches sur les calibres de métaux, les poinçons, les marteaux, les zones de travail, et puis j'ai enfin pu me lancer. J'ai inventé des cartes de visite ridicules, je me suis confectionné un collier et je l'ai porté un jour à l'école maternelle d'Anders.

Eh bien, c'est tout ce qu'il a fallu. Le bouche à oreille s'est propagé dans cette école Montessori comme une traînée de poudre et avant de m'en rendre compte, je fabriquais près de 20 colliers chaque jour. 20 se sont transformés en 100 presque en quelques semaines.

J'ai plongé avec les deux pieds et j'ai travaillé comme un fou. Je produisais parfois 300 disques en une journée. L’argent valait alors un maigre 10 dollars l’once, donc mon bénéfice a explosé. Étant autodidacte et ne connaissant rien à la gestion d'une entreprise, j'ai commis beaucoup d'erreurs et appris beaucoup de bonnes leçons à mes dépens. Et jusqu’à aujourd’hui, je continue d’apprendre des leçons à mes dépens. J'ai accepté que c'est la seule façon pour moi d'apprendre des choses… les choses qui comptent vraiment de toute façon.

J'ai tamponné tous les jours pendant 10 ans. J'ai tamponné des milliers et des milliers de noms. J'ai tamponné tellement de noms que je pouvais reconnaître d'où venait la commande dans le pays rien qu'aux noms qu'ils donnaient à leurs enfants.

À un moment donné, j'ai pensé à écrire un livre de prénoms pour bébé, mais il aurait été intitulé "Comment NE PAS nommer vos enfants". J'aurais aimé compter combien de fois j'ai dû tamponner le nom « Benjamin » sur un disque 1/2". Je pense qu'il y en a des milliers, et je n'exagère pas.

Je peux tamponner pendant mon sommeil. Je peux fermer les yeux, toucher mes tampons et tirer des lettres sans même regarder. J'étais une machine à tamponner.

Vers 2015, j’ai commencé à travailler avec de l’argile aux métaux précieux. L'estampage est devenu banal et je voyais toujours les pièces PMC les plus folles en ligne, alors j'ai essayé. J'ai acheté un four d'occasion à une fille du coin et j'ai plongé dedans.

J'ai fabriqué des centaines et des centaines de pendentifs à empreintes digitales. Je suis allé dans des salons funéraires pour récupérer des empreintes et j'ai rendu visite à bon nombre de mes proches mourants à leur chevet pour obtenir leurs empreintes digitales. Ce n'était pas facile, mais pouvoir remettre à une mère en deuil ou à un membre de la famille en deuil une empreinte digitale en argent était la meilleure des sensations.

C'était cette chose tangible qu'ils pouvaient porter autour du cou qui leur permettait de ressentir le plus possible l'être aimé perdu. Polir la patine des lignes d’une empreinte digitale n’a jamais vieilli. Et puis l’argent a commencé à monter en flèche.

En 2016, j’ai eu envie de me lancer dans la sertissage de pierres. Je n'avais jamais aimé les pierres, ni le turquoise, ni rien de tout ça. Quand j’étais enfant, j’ai toujours aimé les bijoux et j’avais toujours une bague à chaque doigt.

J'ai traversé ma grande phase de « perles » quand j'étais adolescente dans les années 80 et 90, mais je ne me suis jamais vraiment lancée dans le turquoise ou les gros bijoux tendance. Alors, avec juste un marteau, une grosse torche benzomatique de chez Home Depot et quelques restes d'argent provenant d'un pendentif que j'ai déchiré, j'ai posé mon premier pendentif.

Je m'en souviens, c'était une pierre d'ammonite en forme de larme que j'avais achetée sur eBay pour environ 10 dollars. Je n’avais aucune idée de ce que je faisais, mais j’étais déterminé à le découvrir.

Ensuite, je suis allé acheter une cintreuse de pierres. Nous parlons ici de MILLIERS ET MILLIERS de dollars de pierres.

Je me souviens avoir parcouru un catalogue d'outils et avoir été tellement confus. J'avais une paire de pinces à bec effilé, un marteau ordinaire, quelques limes de Home Depot, ma grande torche, ma seringue à pâte facile à souder, du papier de verre et une scie.

Je ne savais même pas ce qu'était un bloc de soudure, et j'emportais mes pièces sur ma terrasse en ardoise devant et les construisais là-bas sur le carrelage, m'accroupissant sur le sol pour pouvoir les souder.

Je me souviens même avoir utilisé mes pinces de cuisine pour les ramasser. Je ne savais même pas ce qu'était un cornichon. Mais encore une fois, j’étais déterminé à devenir bon en orfèvrerie. J’ai vite compris et j’ai en quelque sorte trouvé ma propre façon de faire les choses, tout à la main.

Puis, en 2019, juste avant que la pandémie ne frappe, j’ai eu la folle idée de me lancer dans le lapidaire. J'en avais assez de dépenser autant d'argent en pierres et je pensais que je pourrais apprendre par moi-même à les tailler. J'ai donc commencé à chercher en ligne une machine lapidaire d'occasion et, heureusement, j'ai trouvé une unité combinée Highland Park B-12 de 1968 juste en bas de l'autoroute pour 500 dollars !

Je suis allé chercher ce seau rouillé, je l'ai ramené à la maison, je l'ai démonté, je l'ai nettoyé, je l'ai huilé et je l'ai fait fonctionner correctement. Il est resté dans mon garage pendant quelques mois en appelant mon nom, mais j'étais tellement occupé à forger que je ne me suis pas lancé directement.

J'avoue que j'étais incroyablement intimidé. L’orfèvrerie est une chose, mais le lapidaire était quelque chose qui m’intimidait vraiment au début. J'ai tergiversé pendant environ 6 mois. Je ne savais pas quels grains de roue acheter. Je ne savais pas quelle séquence suivre. Et laissez-moi vous dire qu'il n'y a pas non plus beaucoup de tutoriels, de vidéos ou de forums en ligne. Je sautais aveuglément dans quelque chose dont je ne savais littéralement RIEN. En fait, je le dis souvent aux gens, mais toute ma vie, j’ai toujours pensé que les « gens du rock » étaient bizarres. Je me souviens quand j'étais enfant, j'étais à une foire artisanale, et il y avait ce grand barbu poilu qui fumait une pipe avec une grande table de pierres et de cabochons.

Il n'était pas effrayant, je pensais juste qu'il était bizarre. Et j’ai gardé cette impression toutes ces années, et je pensais que tous les « gens du rock » étaient juste bizarres. Les rochers ne m'ont jamais vraiment intéressé. Je savais ce qu'était la malachite, le lapis, l'obsidienne, l'améthyste, celles qu'on voit partout, mais je ne connaissais rien à la géologie, aux minéraux ou à quoi que ce soit de tout cela.

J’ai enfin récupéré mes roues, reconstruit cette machine, tout remonté, puis la pandémie a frappé. Qu'y avait-il d'autre à faire en étant coincé à la maison pendant deux ans ???? Eh bien, j'ai utilisé cet isolement pour m'apprendre à couper des cabochons. J'ai acheté quelques kilos de turquoise du Hubei et je me suis lancé. Je n’avais aucune idée de ce que je faisais. ZÉRO. Mes premiers taxis étaient assez bancals, mais j'en avais réglé suffisamment pour savoir quelle forme je recherchais.

Je savais que je n'aimais pas poser des cabines super bombées, et je savais que je détestais poser des pierres avec des tables inclinées, alors j'ai juste commencé à les couper comme je le voulais, pour les rendre super faciles et propres à poser. À ce moment-là, je me contentais de tailler des pierres pour moi-même, pour mes bijoux, et je n’avais aucune intention de les vendre.

Cela a changé assez rapidement lorsque je me suis retrouvé devant cette machine jour après jour, démarrant des centaines de taxis et perfectionnant mes compétences.

L'abondance de pierres dans cette maison était absurde. Et c’est à ce moment-là que j’ai décidé d’essayer de les vendre sur Instagram. Il était important pour moi de définir mes coupes avant de tenter de les diffuser auprès du milieu de l'orfèvrerie.

Nous voici quelques années plus tard, nous sommes en 2022, et le seul regret que j'ai est d'avoir aimé me lancer dans le lapidaire depuis très longtemps.

Tailler des cabochons, les monter dans mes bijoux et pouvoir les vendre pour bien gagner ma vie est véritablement un rêve devenu réalité pour moi. Je ne prévois pas de m'épuiser par ce que je fais.

Je crois fermement que mon corps devra céder bien avant que je me lasse d'être un créateur. Quand on est artiste, on devient accro à la création.

Créer des aliments qui ont faim dans votre âme pour créer quelque chose à partir de rien, car c'est le sentiment ultime d'accomplissement. Je serai toujours un créateur. Je regarde autour de moi et je ne peux pas imaginer ma vie faire autre chose que ce que je fais. Je pêche à la mouche pendant mon temps libre, et je suis maintenant presque un nid vide avec Anders 21 ans, un lycéen de Montana State et Maggie 17 ans, une lycéenne. Je me demande souvent à quoi ressemblera la retraite d'Éric alors qu'il arrive à la fin de sa carrière fédérale. Mais moi, je serai toujours un artiste et un créateur. Merci d'être ici!

~Érika

Articles suivant Rencontrez Jennifer Stenhouse : équipe produit

Commentaires

Karen Harvey - avril 30, 2024

I had the absolute pleasure of meeting Erika in March 23 in one of Nicole Ringgold’s workshops. What a treasure! I loved reading Erika’s bio – Hi there girl, from DownUnda! xxoo

Laisser un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître

* Champs obligatoires